La Région veut moins de trains et plus de bus

 

La Région veut moins de trains et plus de

LGV PACA / LN PCA

 

DEMARCHE DE CONCERTATION : étape 1 les ATELIERS.

 

BALLADE OU BALADE ?

 

Ballade instrumentale ou balade instrumentalisée ?

 

Voyages ou coups tordus ?

 

Ami lecteur, je le sens bien, tu doutes, tu es en train de te demander où je veux t’emmener.

 

Mais en train, en train mon vieux !

 

Cela fait des années que l’Etat et la SNCF veulent te vendre leur nouvelle ligne de chemin de fer. Tu ne le sais pas ? C’est bien possible après tout, parce que ces deux-là font tout pour faire croire qu’ils informent mais ne disent pas grand-chose de peur que tu ne te fâches.

 

Ils nous baladent…

 

Il paraît que grâce à cette Ligne Nouvelle NICE sera dans la banlieue de PARIS et que ta vie sera plus belle !

 

Ah bon, tu ne le savais pas ? Après, tu choisis, on est en démocratie : tu veux monter dans ce météore à vingt-cinq milliards d’euros ou tu ne veux pas. En attendant, je vais te raconter un petit bout de mon histoire, juste un petit bout. Avec des doutes, tout de même, parce que je ne suis pas sûr que ce soit mon job de te faire aimer ce train.

 

Vingt-cinq milliards d’euros, c’est un peu cher, j’en conviens. Mais tu sais, c’est une estimation et tout le monde sait que dans ces affaires-là, les prix réels risquent de faire la culbute. Dès qu’on parle d’argent tu te demandes bien sûr qui va payer. Mais c’est toi mon bon ami. Ce sont tes impôts qui vont financer  ce joli jouet : ceux que tu paies à l’Etat (directement ou indirectement), à la Région, au département et peut-être même à ta commune qui sera obligée de réaliser des compléments de proximité. Et puis les banques participeront, aidées par de grands pays qui ne savent plus que faire de leurs dollars. La Chine, comme pour le Grand Paris ? L’Inde ou que sais-je ? Cependant rassure-toi : le capital, c’est toi qui le paieras et les intérêts, c’est toi aussi qui les paieras.

 

Mais revenons à mon histoire, ma toute petite histoire. Je me suis trouvé embarqué dans cette affaire un peu malgré moi. Je veux que les TER puissent conduire les gens quotidiennement à leur travail dans de bonnes conditions, que les déplacements de proximité deviennent une priorité, qu’un plus grand nombre d’automobiles restent au garage, que la gare de mon village ne reste pas fermée et que le TGV ne coupe pas mon lotissement en deux. Mon village est déjà traversé d’ouest en est par une ligne SNCF, l’autoroute, la RDN 7 et bientôt sa route de délestage. Alors le TGV à 275 km/h, non merci !

 

Gagner 1h02 sur NICE-PARIS, ça ne m’intéresse pas et cela coûte tout de même 403 millions par minute gagnée ! Quant aux touristes venant de PARIS, ils devront changer de train dans la future gare du MUY pour accéder à SAINT-RAPHAEL avec un trajet tout aussi long mais bien plus compliqué.

 

Mais revenons à ma toute petite histoire. Plusieurs associations œuvrent avec courage et efficacité depuis des années avec les objectifs que je viens de préciser. Je les ai donc rejointes et participe aux réunions de concertation. Pas de romantisme, hélas, dans cette affaire.

 

La ballade de la SNCF consiste essentiellement à balader les partenaires.

 

Il s’agit d’imposer des projets déjà prêts en faisant semblant d’associer les populations pour qu’elles ne se rebellent pas trop.

 

J’ai appris ainsi que les travaux de cette « Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur » (LNPCA) seraient fractionnés dans le temps et dans l’espace en trois priorités :

 

-          Priorité1, autour de MARSEILLE et de NICE, avant 2030,

 

-          Priorité 2, d’AUBAGNE à TOULON et de la nouvelle gare du MUY à la nouvelle gare de l’ouest des ALPES-MARITIMES, entre 2030 et 2050.

 

-          Priorité 3, le reste, après 2050.

 

En 2015, il a été décidé de ne plus organiser de débat public. Un recours gracieux et un recours au Tribunal Administratif ont été déposés. Une zone de passage préférentielle est arrêtée par le ministre.
Le maire de PUGET n’y croit pas, celui de ROQUEBRUNE n’inscrit pas la ligne dans son futur PLU.

 

On nous balade !

 

Comment affirmer vouloir la transparence et la concertation la plus large en supprimant le débat et en n’organisant que deux réunions de concertation pour le public qui se tiendront à TOULON, à 100 kilomètres de mon village !

 

On nous balade.

 

L’Enquête Publique de 2018 servira la Déclaration d’Utilité Publique de 2019 en englobant la priorité1 et la priorité 2. Les habitants de mon secteur devront donc donner leur avis sans connaître le détail du projet les concernant. Comment se prononcer sur quelque chose que l’on ignore ? A moins que ce ne soit fait pour pouvoir commencer les travaux plus tôt que prévu sur simple décision préfectorale. D’ailleurs,  ça a déjà commencé : des petits morceaux de la priorité 2 viennent de rejoindre la priorité 1 du côté de LA CRAU.

 

On nous balade !

 

Les dates de 2030 et 2050 sont annoncées pour nous endormir. Tout ira beaucoup plus vite. D’autant plus que les nouveaux élus régionaux insistent et veulent à tout prix se rapprocher de la capitale.

 

On nous balade !

 

Le mois dernier, le maire de ma commune a été convoqué par le préfet. Il commence à y croire à cette ligne. A tel point qu’il a accepté de lire une déclaration en conseil municipal pour poser ses conditions. Se sent-il baladé ?

 

SNCF réseau organise en ce moment des réunions de concertation thématiques pour les associations. Je participe aux  ateliers « environnement et développement durable ».

 

On nous parle de la richesse du territoire, des paysages karstiques et des nappes alluviales, mais pas du tracé de la future ligne.

 

On nous balade !

 

Les questions essentielles restent évasives ou sans réponse.

 

Aucune étude approfondie n’aurait été réalisée sur la priorité 2. Mais alors comment a-t-on pu déterminer le fuseau de la zone de passage préférentielle la concernant ?

 

On nous balade.

 

Les études ne commenceraient qu’en 2030 pour la priorité 2.

 

On nous balade.

 

Quand sera créé l’observatoire du foncier permettant aux habitants concernés de prévoir leur avenir et aux maires de ne plus délivrer de permis de construire sur le futur tracé ?

 

Que fera-t-on des millions de m3 de déblais pollués sortis des tunnels ?

 

La dernière réunion à laquelle j’ai participé a été si houleuse que l’objectif que s’étaient fixés les organisateurs n’a pu être satisfait. A l’unanimité, les associations représentant les populations de MARSEILLE à NICE ont refusé le travail occupationnel proposé, tant que le tracé secret de la ligne ne serait pas porté à leur connaissance.

 

On ne veut plus être baladés !

 

Vous aussi, vous préférez la douce ballade à la balade injonctive, alors rejoignez-nous.

 

 

 

Joël HERVE, secrétaire de l’Association Bagnolaise d’Information (ABI)

 

Association agréée pour la protection de l’environnement

 

Membre du Collectif Est-Var pour le développement des transports de proximité

 

 

LGV PACA : les Alpes Maritimes dénoncent l’absence de concertation

Les élus du 06 défendent leur territoire et leurs administrés

Les années passent et les (col)porteurs du projet LN-PCA s’obstinent à récuser toute concertation loyale

 

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 169  [19.06.2016] – LN-PCA : l’injonction SNCF de la boucler en 06 restera-t-elle encore longtemps supportable ?


 

Éditorial  : Les années passent et les (col)porteurs du projet LN-PCA s’obstinent à récuser toute concertation loyale

 

En échappant de justesse au débat public que le reformatage du projet justifiait doublement (remaniement de sa nature et dépassement des délais), l’inamovible meneur de jeu, a repris, sous une forme encore plus perverse, une concertation dont le GIR Maralpin et plusieurs de ses partenaires avaient dénoncé les dérives et les pièges [cf. Observations sur les dérives du maître d'ouvrage].

Proclamant des règles du jeu auxquelles il déroge aussitôt (ainsi en a-t-il été des invitations aux « ateliers »), le porteur du projet étourdit sa clientèle de la « société civile » avec des dossiers ad usum Delphini et de surcroît périmés, tandis qu’il réserve aux « partenaires et élus locaux » un traitement particulier en ne leur soumettant que par tâtonnements des « vues d’artiste » et/ou des « esquisses-esquisses » à la mode des Beaux-Arts, pour les priver de données concrètes, et ne leur extorquer, somme toute, qu’un sondage d’opinions.

On constatera à la lecture du présent « InfoCirc » que ces élus locaux, qui n’ont pas voix au chapitre pour ne pas avoir émargé au co-financement, ne sont pas dupes d’un tel manège et expriment fortement leur désapprobation à l’encontre de tels procédés [cf. 1., 2., 3. & 4. ci-après]. L’unanimité qui, à ce propos, se dégage des Collectivités du pourtour Nord de « La Boucle » rassure tous ceux qui s‘inquiétaient jusqu’alors du consensus que le logo « Sophia » semblait avoir conféré à un projet démagogique dont le GIR Maralpin n’a cessé de dénoncer la malignité.

En effet, n’en déplaise au porteur du Projet qui prétendait interdire la diffusion des données de fréquentation des gares, ces données attestent que le pôle des trafics azuréens se situe à l’Est de Nice-St. Augustin, c’est-à-dire hors de « La Boucle », de Nice-Thiers à Monaco, de très loin le deux plus importantes gares de la Région après celle de Marseille-St. Charles.

Le non-sens de cette boucle, qui compromet l’essor de la transfrontaliarité ferroviaire, et dont la vanité est soulignée par Michel Leboeuf, l’un des stratèges de la Grande vitesse ferroviaire [cf. InfoCirc 166], se double d’une série d’incompatibilités techniques sur lesquelles il serait souhaitable de connaître l’opinion des futurs exploitants, prudemment restés en retrait du projet depuis son lancement.

Le GIR Maralpin exprime donc fermement, auprès des autorités en charge, et particulièrement des plus hautes instances de l’État, notamment la Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et le Secrétaire d’État chargé des Transports, le souhait de voir assurer le respect de l’esprit de la concertation, afin que celle-ci se déploie largement, en mettant un terme aux dérobades, en cessant de qualifier « d’ateliers » des exposés pédagogiques de salon, en mettant cartes sur table, et en débattant des enjeux à long terme d’un projet qui devait, depuis son origine, s’inscrire dans l’Arc Méditerranéen, participer du report modal, et surtout ne pas dépendre d’intérêts particuliers, étriqués et à courte échéance (jm).

 

La fronde de élus

 

[1] La commune de Mougins renouvelle le 25 février 2016 son refus d’implantation d’une gare nouvelle sur son territoire

Motion contre l’implantation d’une gare Ouest Alpes-Maritimes (OAM) et d’un passage en aérien de la ligne nouvelle sur le territoire de la commune de Mougins [séance du Conseil municipal du 25 février 2015]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaMouginsMotion20160225.pdf]

 

[2] Le 11 avril 2016, le Conseil communautaire de la CASA (Communauté d’agglomération de Sophia Antipolis) s’élève contre la dernière version du projet et exige l’ouverture d’une véritable concertation

Conseil communautaire de la CASA du 11 avril 2016 [Nice Matin du 12 avril]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaCasaCcGareNm20160412.pdf]

 

[3] Le 18 mai 2016, la Ville de Biot refuse tout passage de la ligne nouvelle sur son territoire

Délibération en date du 18 mai 2016 du Conseil municipal de la Ville de Biot

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaBiotConseilMunicipal20160518.pdf]

 

[4] Le 13 juin 2016, la Ville de Biot informe de ses décisions les membres du CoTer ainsi que les différents élus de l’Est du département des Alpes-Maritimes concernés par le projet

Courrier en date du 13 juin 2016 & Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal du 18 mai 2016 [4 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaBiotDgsaCopilLnPca20160613.pdf]

Assemblée Générale Stop Nuisances Cuers

Télécharger l’article var matin

 

Ce qui attend le nouveau patron de SNCF  RESEAU

Les Echos 27-28.05.2016

Et si la SNCF disparaissait  ?

Hyperloop 19.05.2016

 

ASSEMBLEE GENERALE STOP NUISANCES CUERS > VENDREDI 27 MAI

 

Vendredi 27 Mai  2016 à 18h   Salle Authié.

Ex LGV PACA « un mauvais début pour l’information des habitants de PACA »

 

 

LIGNE NOUVELLE Provence Cote d’AZUR

 

La_Provence_2016-03-05_Region_PACA_SNCF (1)

Article la Provence

La population doit être informée du nouveau projet

Haut de page