Le 9. novembre 2011 à 22h03

Sanary Conseil municipal La LGV (ligne à grande vitesse) fait l’unanimité contre elle

Une nouvelle motion a été votée mercredi soir sur le projet LGV. Et l’heure est à la mobilisation et à l’union, une réunion étant organisée ce jeudi soir au théâtre Galli à 18h.

Patrica Aubert a fait lecture mercredi soir de la motion sur le projet LGV.

Patrica Aubert a fait lecture mercredi soir de la motion sur le projet LGV.

En fin de séance du conseil municipal, une motion sur le projet LGV a été ajoutée aux ordres du jours. Et élus de la majorité et de l’opposition étaient unanimes pour déclarer ce « projet catastrophique ». Dans la motion lue par la première adjointe Patricia Aubert, il est dit que « les élus de Sanary sur mer souhaitent de nouveau manifester fermement leur opposition face à l’évolution du projet LGV PACA conduit par RFF ». La commune reprochant le délai manifestement court de concertation dont la clôture est prévue au 22 décembre, et s’inquiétant de deux tracés (le C1 et le C5) qui « impactent de manière dommageable la commune ». Et de conclure: « l’ensemble des élus de l’Est de Marseille, toutes tendances politiques et échelons électoraux et électifs confondus, les députés Josette Pons et Jean Sébastien Vialatte, ont décidé de s’opposer purement et simplement au projet LGV PACA, quel que soit le fuseau retenu, et se prononcent unanimement pour l’abandon total de ce ,projet désastreux sur le plan humain, environnemental et économique ». Et le maire précisant que les élus de Sud Sainte-Baume devraient se prononcer collégialement sous peu.

Unanimité face aux tracés et appel à la mobilisation

Ferdinand Bernhard reviendra sur l’unanimité des oppositions à ce projet, tant au niveau des élus locaux que nationaux, citant jean-Sébastien Vialatte, Josette Pons ou Bernard Deflesselles mais souhaitant aussi que d’autres élus du « conseil général, régional ou parlementaire nous suivent ».
L’interrogation était de savoir également la position d’Hubert Falco, question qui fut posée par Régine Aguillon, le maire répondant par un silence qui pouvait en dire beaucoup. Il n’hésitera pas à parler de catastrophe pour les tracés envisagés, et appela à la mobilisation: « il faut surtout être unis et solidaires avec les communes voisines. Je demande une démarche forte et de ne négliger aucune action ». Et de mettre en garde: « ne baissez surtout pas les bras et méfiez vous de ceux qui disent que le projet ne se fera pas, qu’il n’y a pas d’argent. Pensez bien que lorsque le choix du tracé sera arrêté, les conséquences seront immédiates. Ils parlent déjà d’agrandir l’emprise sur les lignes. Il faut préserver notre territoire ». Applaudissements. Et même constant de l’opposition avec Olivier Thomas, acteur également dans la concertation avec son association: « je tiens à remercier M. le maire d’avoir associé son opposition et les associations dans ce dossier LGV. Je tiens à remercier également Jean-Luc Granet, qui a passé de nombreuses heures sur ce dossier. Nous avons constaté une précipitation des pouvoirs publics et de RFF pour que ce projet soit signé avant les élections présidentielles. Le délai de concertation a été fortement réduit et prend fin le 22 décembre, mais serait prolongé en janvier 2012. M Alla de RFF, que j’ai interrogé lundi après midi, n’a pas pu me donner une date. Au contraire, il a réaffirmé le calendrier actuel ». Et d’appeler à l’instauration d’un rapport de force, soulignant les conséquences catastrophiques des tracés sur le territoire et précisant que les pétitions avaient déjà recueillies 4.800 signatures. Applaudissement.
Tous appelèrent à venir à la réunion de jeudi soir au Théâtre Galli où seront présents Jean-Sébastien Vialatte, des représentants d’Aubagne. Le public sera informé par une vidéo des tracés envisagés et les prises de paroles se succéderont. Aucun représentant de RFF ne sera présent, après avoir décliné l’invitation. Mais le maire demanda que la colère ne donne pas lieu à des dérapages vis à vis du personnel RFF.

D. D., le 09 novembre 2011