Le 11. novembre 2011 à 17h00

Sanary Mobilisation Plus de 1.400 personnes réunies au théâtre Galli contre la LGV

Le rassemblement au théâtre Galli fera date contre le projet de ligne à grande vitesse avec plus de 1.400 personnes. Tous ont fait bloc avec les élus, avec les associations et riverains des villes de l’Ouest Var, avec Aubagne.

La Ligne à grande vitesse a réussi à souder élus, associations et riverains, toutes tendances confondues.

La Ligne à grande vitesse a réussi à souder élus, associations et riverains, toutes tendances confondues.

On n’a pas fini de parler du projet de Ligne à grande vitesse avec son scénario des « métropoles du Sud » et, en arrière fond, le souhait de relier l’arc Méditerranéen de Barcelone à Gênes. Dans la courte concertation entreprise par Réseau Ferré de France (RFF) avec les acteurs locaux, les scénarios envisagés n’ont pas convaincu grand monde et, à la découverte des fuseaux, certains ont failli s’étrangler, des Bouches-du-Rhône aux Alpes-Maritimes avec de nombreux espaces menacés. Localement on pourrait évoquer les vignobles de Bandol,le quartier Sainte Trinide, de la Vernette, du Lançon, la Piole, Pépiole, du Mont Faron…et lorsque RFF avance sur son site que la priorité est de « respecter l’environnement », associations et élus n’en sont toujours pas revenus. Mais le problème est que le choix d’un tracé sera arrêté fin décembre, et que la décision pourrait bien avoir des conséquences « désastreuses ».

Plus de 1400 personnes réunies au Théâtre Galli

Si ce ce n’est pas le début d’une révolte, ça y ressemble en tout cas grandement. La municipalité de Sanary avait souhaité organiser une grande réunion publique autour de la LGV, et sans Réseau ferré de France, qui avait décliné l’invitation, Ferdinand Bernhard ironisant: « je leur avais même dit que j’assurerais leur sécurité ». Le maire de Sanary tiendra à préciser: « il n’y a aucune velléité de ma part à un quelconque leadership. Mon seul souhait est que tout le monde se mobilise, et qu’on avance tous ensemble ». Les associations et riverains opposés au projet avaient aussi largement relayé cette réunion et le mot d’ordre était « la mobilisation ». Et comme le théâtre était complet, un écran avait même était installé au Petit Galli, et des personnes étaient dehors à vouloir entrer. Au total une affluence impressionnante, dépassant tous les clivages.

L’heure du rassemblement

Ceux qui ont pris la parole lors de cette soirée se nomment Ferdinand Bernhard, maire de Sanary et conseiller général, Jean-Sébastien Vialatte, maire de Six-Fours et député de la 7ème circonscription, et Corinne Zito, travaillant à la mairie d’Aubagne venue avec des membres du collectif « Tout Aubagne contre la LGV ». Dans la salle, les élus de Sanary et Six-Fours étaient présents, ainsi que deux conseillers régionaux, et des conseillers municipaux d’opposition de Sanary, Bandol ou encore Ollioules.
Les collectifs ou associations, acteurs dans la concertation avec RFF, étaient bien au rendez-vous, ces derniers pouvant se prévaloir d’avoir déjà près de 5000 signatures. Le maire de Sanary entend rendre visible ce combat avec de l’affichage et des banderoles, et a appelé tous ceux qui avaient des compétences en matière géologique, hydrologique, juridique à apporter leur pierre à l’édifice: « il faut des arguments sérieux, et ne pas oublier que la bataille se portera aussi sur le terrain juridique ». Il s’agit bien de combat, Jean-Sébastien Vialatte donnant l’exemple des riverains et élus du Pays d’Aix qui s’étaient battus et avaient obtenu gain de cause. Ce dernier se dira prêt à interpeller les plus hautes autorités de l’Etat. Et ils appelèrent à se méfier de ceux disant « que ça ne se fera pas, il n’y a plus de sous. Ne les laissez pas vous endormir! ». L’objectif est de faire repenser l’ensemble du projet à RFF, d’amener les pétitions au préfet du département puis rencontrer le préfet de région. Ferdinand Bernhard se disait heureux que la grande majorité des élus des Bouches du Rhône et du Var soient opposés à ce projet: « nous pouvons encore renverser la tendance, mais il faut être tous solidaires et se faire entendre ». Lors de cette réunion, une pétition reprenant la motion approuvée en conseil municipal a circulé (voir notre précédent article).

La LGV fait l’unanimité contre elle

Le maire de Sanary critiquera avec véhémence le semblant de concertation, exprimant sa surprise du manque d’information délivrée aux élus et parlera même d’une provocation de RFF, tant au niveau environnemental, patrimonial et économique: « il me paraîtrait normal que les technocrates de RFF aient la courtoisie de ne pas nous prendre pour des demeurés ». Sur le coût, Jean-Sébastien Vialatte dira: « on n’arrive même pas à financer le second tube du tunnel de Toulon, et ils pensent qu’on pourrait se lancer dans le financement de ce projet ». Et le député d’ironiser sur cette ligne: « on nous serine avec l’arc méditerranéen, comme quoi il sera indispensable de relier Gênes à Barcelone. Mais je vous assure qu’ils ne sont pas très nombreux tous les jours à faire cet itinéraire! » Et il déclencha le rire de l’assistance: « le seul vrai bon projet aujourd’hui serait que les trains arrivent à l’heure de Toulon à Marseille ». Corinne Zito allait encore plus loin: « la méthode de RFF est assez impressionnante; leurs représentants ne sont jamais dans la concertation mais dans la négociation. Ils marchandent et je vous assure qu’on sera tous pénalisés ». Les différentes interventions firent ressortir que la concertation était inexistante, que certains tracés étaient des leurres, et que le tracé final était choisi depuis bien longtemps.

Prochaines actions

*samedi 12 novembre: manifestation au Beausset à l’initiative du collectif Stop LGV Sud Sainte Baume. Des regroupements sont prévus dans différentes zones pour se rendre au Beausset. A Sanary, c’est à 9h30 du côté de la bastide de Valroy. Rendez-vous à 9 heures à la gare d’Ollioules pour se rendre au Beausset en co-voiturage.
*Réunion publique le 29 novembre à la bourse du travail à la Seyne avec RFF.

D. D., le 11 novembre 2011