Archives pour 1 décembre 2011

Mobilisation contre le projet LGV PACA

 

La fin des réunions publiques ne démobilise pas les anti-LGV

« La LGV a plus que du plomb dans l’aile »

 

Gaudin : « La LGV a plus que du plomb dans l’aile »

Publié le jeudi 01 décembre 2011 à 08H57

Invité de Patrick Cohen ce matin sur France Inter, Jean-Claude Gaudin a été interrogé sur l’avenir de la LGV Paca. Un projet malmené ces derniers temps, que le maire de Marseille a quasiment enterré : « La LGV a plus que du plomb dans l’aile » a-t-il estimé, ajoutant qu’elle n’était pas près d’arriver jusqu’à Nice. Il est allé jusqu’à dire que ce projet « trop cher » est « très compromis » et que « devant toutes les oppositions, il devrait être renvoyé à plus tard« .

Balayé d’un revers de main donc, ce projet en est pourtant au stade de la concertation (stoppée par le préfet du Var), quatre tracés ont été retenus en juillet.

La Provence

LGV PACA opposition

 

Solliès-Pont: pétition contre la LGV et appel à manifester

Publié le mercredi 30 novembre 2011 à 07h06

Pétition contre la LGV et appel à manifester - 15158239.jpg Ils étaient très nombreux à se réunir et à vouloir faire plier les élus toulonnais qui défendent encore ce projet, au seul mot d’ordre « Ni ici, ni ailleurs ». R. L.

A Solliès-Pont, une réunion publique d’information a pointé du doigt les nuisances du projet de ligne à grande vitesse Paca « Métropoles du Sud ». Le retrait du projet est demandé

Ni ici, ni ailleurs ! ». L’association citoyenne « Solliès-Pont à Venir » vient d’organiser, à son tour, une réunion publique d’information sur la ligne à grande vitesse (LGV) à laquelle de nombreuses personnes ont participé. Des participants inquiets du projet LGV Paca « Métropoles du Sud » qui, s’il est mené à terme dans sa définition actuelle, viendra impacter lourdement la commune, par les tracés retenus par RFF (Réseau ferré de France).

La rencontre était animée par Jean-Pierre Luquand, élu et chef de file de l’opposition municipale. « J’attire votre attention sur les désastres futurs générés par ce projet. Désastre environnemental par ses répercussions sur les paysages et la biodiversité mais également économique, car ce qui fait encore l’attrait de notre région pourrait rapidement se transformer en handicap. Désastre financier compte tenu des coûts exorbitants annoncés. D’autant plus que les promesses du maître d’ouvrage RFF envers les municipalités sont toujours plus belles… chacune réclamant tunnels et enfouissement, suivant les termes de la lettre de mission gouvernementale de Jean-Louis Borloo. Immanquablement les finances des collectivités seraient fortement touchées », a-t-il dénoncé.

Manif le 10 décembre à Toulon

Largement ouverte au dialogue avec la salle, la rencontre a fait place également aux interventions des associations de défense des communes voisines (Cuers, La Garde), bien documentées sur le processus décisionnel et le calendrier futur de l’opération, car participant également aux réunions de concertation du maître d’ouvrage RFF. Un processus qui sera clos le 15 décembre.

« Tout le monde s’accorde pour un rejet pur et simple de ce projet en soulignant l’urgence de la mobilisation des populations, mais également celle des instances politiques, à l’image des élus de l’ouest varois ». La rencontre s’est achevée sur des propositions d’actions concrètes. À savoir, mobiliser autour de soi. Signer et faire signer les pétitions, toujours accessibles sur le net.

Le groupe souhaite que le prochain conseil municipal adopte une motion qui montrerait le clair et simple refus d’une ligne LGV traversant la commune.

Enfin, un appel à participer à la manifestation qui se déroulera samedi 10 décembre prochain devant la mairie de Toulon, pour faire plier les élus toulonnais qui défendent encore ce projet, au seul mot d’ordre « Ni ici, ni ailleurs ».

 

 

Informations complémentaires sur le site de l’association www.solliespont.avenir.fr

PRENDRE SON TEMPS

 

LGV Paca : Mariani veut « prendre son temps »

L’incompréhension persiste

 

LGV: Le ministre des Transports campe sur ses positions

Publié le jeudi 01 décembre 2011 à 07h11 - 5

Titre - 15176104.jpg Thierry Mariani (ci-dessus) n’a annoncé aucune marche arrière concernant la LGV dans le Var. DR/archive Patrice Lapoirie

La rencontre parisienne, hier soir, entre le ministre des transports et une délégation varoise n’a pas convaincu. Le dossier fait du sur place alors que les anti-LGV, eux, bouillonnent

Alors que la LGV Paca pâtit de friture sur toute la ligne dans le Var, une délégation s’envolait hier pour rencontrer le ministre des Transports dans ses bureaux du boulevard Saint-Germain. Nullement impressionné par le décorum, le président de la chambre d’agriculture du Var, Alain Baccino (1) a fait part des grandes inquiétudes du monde agricole à Thierry Mariani.

Chez les élus ce sont de farouches anti-LGV qui prenaient la parole : la députée et vice-présidente du conseil général Josette Pons, le député Jean-Pierre Giran et le député-maire de Six-Fours, Jean-Sébastien Viallate. À la sortie de l’entretien qui a duré une heure, l’ensemble des troupes avait du mal à cacher sa déception.

« Il n’y a aucune nouveauté ni marche arrière. Le projet continue sur les mêmes bases. Le ministre a juste confirmé que le comité de pilotage ne choisirait pas de fuseau lors de la réunion du 22 décembre», explique Alain Baccino.

Du côté des conseillers de M. Mariani, on confirme que le ton est demeuré courtois sans pouvoir toutefois combler les attentes varoises… « Vous imaginez bien que nous n’allions pas remettre en cause le scénario des Métropoles du sud ce soir. RFF poursuit ses études et au 2e semestre 2012, on peut imaginer une nouvelle étape avec de nouvelles pistes de réflexion. Prenez la LGV Vaucluse, elle aussi a connu des difficultés et au final le consensus l’a emporté !», rassure-t-on au ministère.

« Pour un projet d’une telle envergure, l’adhésion des riverains et populations concernées est un facteur clé de sa bonne réussite», maintient le ministre qui dans ce dossier ne semble pas pressé d’aboutir. Il faut dire que les solutions de financement n’ont guère avancé non plus. Pas de quoi désamorcer le grand rassemblement anti-LGV qui, lui, avancera déterminé vers la mairie de Toulon le 10 décembre. Nouveau débriefing ce matin avec Hubert Falco qui reçoit les représentants du monde agricole en préfecture de Toulon.

 


1. Entouré de représentants des Bandol, Côtes de Provence, Fédération départementale des exploitants agricoles du Var et Jeunes agriculteurs.

Haut de page