Non classé

Article Var Matin






LIGNE NOUVELLE PACA « FLASH INFO »

 

FLASH INFO2

Médiapart du 7 Décembre 2016

 

CR COPIL MAI 2015

envoi_cr_copil_ln_mai_2015

ex LGV PACA : erreur grossière NI débat public NI concertation

 

Juste prévue dans le VAR une réunion publique « d’information »

la provence 190916

la provence 19092016

 

La Région veut moins de trains et plus de bus

 

La Région veut moins de trains et plus de

LGV PACA / LN PCA

 

DEMARCHE DE CONCERTATION : étape 1 les ATELIERS.

 

BALLADE OU BALADE ?

 

Ballade instrumentale ou balade instrumentalisée ?

 

Voyages ou coups tordus ?

 

Ami lecteur, je le sens bien, tu doutes, tu es en train de te demander où je veux t’emmener.

 

Mais en train, en train mon vieux !

 

Cela fait des années que l’Etat et la SNCF veulent te vendre leur nouvelle ligne de chemin de fer. Tu ne le sais pas ? C’est bien possible après tout, parce que ces deux-là font tout pour faire croire qu’ils informent mais ne disent pas grand-chose de peur que tu ne te fâches.

 

Ils nous baladent…

 

Il paraît que grâce à cette Ligne Nouvelle NICE sera dans la banlieue de PARIS et que ta vie sera plus belle !

 

Ah bon, tu ne le savais pas ? Après, tu choisis, on est en démocratie : tu veux monter dans ce météore à vingt-cinq milliards d’euros ou tu ne veux pas. En attendant, je vais te raconter un petit bout de mon histoire, juste un petit bout. Avec des doutes, tout de même, parce que je ne suis pas sûr que ce soit mon job de te faire aimer ce train.

 

Vingt-cinq milliards d’euros, c’est un peu cher, j’en conviens. Mais tu sais, c’est une estimation et tout le monde sait que dans ces affaires-là, les prix réels risquent de faire la culbute. Dès qu’on parle d’argent tu te demandes bien sûr qui va payer. Mais c’est toi mon bon ami. Ce sont tes impôts qui vont financer  ce joli jouet : ceux que tu paies à l’Etat (directement ou indirectement), à la Région, au département et peut-être même à ta commune qui sera obligée de réaliser des compléments de proximité. Et puis les banques participeront, aidées par de grands pays qui ne savent plus que faire de leurs dollars. La Chine, comme pour le Grand Paris ? L’Inde ou que sais-je ? Cependant rassure-toi : le capital, c’est toi qui le paieras et les intérêts, c’est toi aussi qui les paieras.

 

Mais revenons à mon histoire, ma toute petite histoire. Je me suis trouvé embarqué dans cette affaire un peu malgré moi. Je veux que les TER puissent conduire les gens quotidiennement à leur travail dans de bonnes conditions, que les déplacements de proximité deviennent une priorité, qu’un plus grand nombre d’automobiles restent au garage, que la gare de mon village ne reste pas fermée et que le TGV ne coupe pas mon lotissement en deux. Mon village est déjà traversé d’ouest en est par une ligne SNCF, l’autoroute, la RDN 7 et bientôt sa route de délestage. Alors le TGV à 275 km/h, non merci !

 

Gagner 1h02 sur NICE-PARIS, ça ne m’intéresse pas et cela coûte tout de même 403 millions par minute gagnée ! Quant aux touristes venant de PARIS, ils devront changer de train dans la future gare du MUY pour accéder à SAINT-RAPHAEL avec un trajet tout aussi long mais bien plus compliqué.

 

Mais revenons à ma toute petite histoire. Plusieurs associations œuvrent avec courage et efficacité depuis des années avec les objectifs que je viens de préciser. Je les ai donc rejointes et participe aux réunions de concertation. Pas de romantisme, hélas, dans cette affaire.

 

La ballade de la SNCF consiste essentiellement à balader les partenaires.

 

Il s’agit d’imposer des projets déjà prêts en faisant semblant d’associer les populations pour qu’elles ne se rebellent pas trop.

 

J’ai appris ainsi que les travaux de cette « Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur » (LNPCA) seraient fractionnés dans le temps et dans l’espace en trois priorités :

 

-          Priorité1, autour de MARSEILLE et de NICE, avant 2030,

 

-          Priorité 2, d’AUBAGNE à TOULON et de la nouvelle gare du MUY à la nouvelle gare de l’ouest des ALPES-MARITIMES, entre 2030 et 2050.

 

-          Priorité 3, le reste, après 2050.

 

En 2015, il a été décidé de ne plus organiser de débat public. Un recours gracieux et un recours au Tribunal Administratif ont été déposés. Une zone de passage préférentielle est arrêtée par le ministre.
Le maire de PUGET n’y croit pas, celui de ROQUEBRUNE n’inscrit pas la ligne dans son futur PLU.

 

On nous balade !

 

Comment affirmer vouloir la transparence et la concertation la plus large en supprimant le débat et en n’organisant que deux réunions de concertation pour le public qui se tiendront à TOULON, à 100 kilomètres de mon village !

 

On nous balade.

 

L’Enquête Publique de 2018 servira la Déclaration d’Utilité Publique de 2019 en englobant la priorité1 et la priorité 2. Les habitants de mon secteur devront donc donner leur avis sans connaître le détail du projet les concernant. Comment se prononcer sur quelque chose que l’on ignore ? A moins que ce ne soit fait pour pouvoir commencer les travaux plus tôt que prévu sur simple décision préfectorale. D’ailleurs,  ça a déjà commencé : des petits morceaux de la priorité 2 viennent de rejoindre la priorité 1 du côté de LA CRAU.

 

On nous balade !

 

Les dates de 2030 et 2050 sont annoncées pour nous endormir. Tout ira beaucoup plus vite. D’autant plus que les nouveaux élus régionaux insistent et veulent à tout prix se rapprocher de la capitale.

 

On nous balade !

 

Le mois dernier, le maire de ma commune a été convoqué par le préfet. Il commence à y croire à cette ligne. A tel point qu’il a accepté de lire une déclaration en conseil municipal pour poser ses conditions. Se sent-il baladé ?

 

SNCF réseau organise en ce moment des réunions de concertation thématiques pour les associations. Je participe aux  ateliers « environnement et développement durable ».

 

On nous parle de la richesse du territoire, des paysages karstiques et des nappes alluviales, mais pas du tracé de la future ligne.

 

On nous balade !

 

Les questions essentielles restent évasives ou sans réponse.

 

Aucune étude approfondie n’aurait été réalisée sur la priorité 2. Mais alors comment a-t-on pu déterminer le fuseau de la zone de passage préférentielle la concernant ?

 

On nous balade.

 

Les études ne commenceraient qu’en 2030 pour la priorité 2.

 

On nous balade.

 

Quand sera créé l’observatoire du foncier permettant aux habitants concernés de prévoir leur avenir et aux maires de ne plus délivrer de permis de construire sur le futur tracé ?

 

Que fera-t-on des millions de m3 de déblais pollués sortis des tunnels ?

 

La dernière réunion à laquelle j’ai participé a été si houleuse que l’objectif que s’étaient fixés les organisateurs n’a pu être satisfait. A l’unanimité, les associations représentant les populations de MARSEILLE à NICE ont refusé le travail occupationnel proposé, tant que le tracé secret de la ligne ne serait pas porté à leur connaissance.

 

On ne veut plus être baladés !

 

Vous aussi, vous préférez la douce ballade à la balade injonctive, alors rejoignez-nous.

 

 

 

Joël HERVE, secrétaire de l’Association Bagnolaise d’Information (ABI)

 

Association agréée pour la protection de l’environnement

 

Membre du Collectif Est-Var pour le développement des transports de proximité

 

 

ASSEMBLEE GENERALE STOP NUISANCES CUERS > VENDREDI 27 MAI

 

Vendredi 27 Mai  2016 à 18h   Salle Authié.

Ex LGV PACA « un mauvais début pour l’information des habitants de PACA »

 

 

FLASH INFO

LNPCA = LGV PACA

Refus d’un débat public concernant Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur

Décision de la Commission Nationale du Débat Public :

Commission nationale du débat public
Décision n° 2015-39 du 2 septembre 2015 relative au projet de ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur

JORF n°0210 du 11 septembre 2015
texte n° 85

DECISION
Décision n° 2015-39 du 2 septembre 2015 relative au projet de ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur

NOR: CNPX1521097S
ELI: Non disponible

La Commission nationale du débat public,
Vu le code de l’environnement en son article L. 121-12 ;
Vu le compte rendu du débat public et le bilan publiés le 8 septembre 2005 ;
Vu la décision du conseil d’administration de Réseau ferré de France en date du 16 juillet 2009 de poursuivre les études sur le projet de ligne à grande vitesse Provence-Alpes-Côte d’Azur sur la variante des métropoles du Sud, reliant Marseille à Nice via Toulon ;
Vu la décision du Gouvernement du 9 juillet 2013 relative au projet de ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur confirmant le choix du scénario et hiérarchisant le projet selon trois priorités (priorité 1 : nœuds ferroviaires marseillais et azuréen ; priorité 2 : Aubagne-Toulon et Est Var-Siagne ; priorité 3 : Toulon-Est Var et Nice-Italie) ;
Vu sa décision n° 2013/48/LGVPACA/9 du 4 septembre 2013 donnant acte à RFF du compte rendu incluant le rapport du garant pour la première phase de concertation post-débat public ;
Vu sa décision n° 2015/11/LNPCA/10 du 4 mars 2015 désignant M. Philippe QUEVREMONT comme nouveau garant ;
Vu sa décision n° 2015/22/LNPCA/11 du 1er avril 2015 donnant acte au maître d’ouvrage du compte rendu de la consultation sur les zones de passage préférentielles ;
Vu le courrier du président de SNCF Réseau du 19 août 2015 et le dossier annexé ;

Considérant que :
Depuis le débat public, la concertation s’est poursuivie de manière continue sous l’égide d’un garant, M. Philippe MARZOLF (décisions des 26 juillet 2006 et 6 octobre 2010) puis M. Philippe QUEVREMONT (décision du 4 mars 2015) ;
Le débat relatif à l’opportunité pour les priorités 1 et 2 a été tranché par la décision du Gouvernement du 9 juillet 2013 ;
Le projet présenté tient compte des avis exprimés au cours du débat public et des différentes phases de concertation ;
Après en avoir délibéré,
Décide :

Article 1

Il n’y a pas lieu d’organiser un nouveau débat public, au sens de l’article R. 121-7 du code de l’environnement, sur le projet de ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur.
Article 2

Il est recommandé au maître d’ouvrage de poursuivre jusqu’au lancement de l’enquête publique le processus de concertation mis en place sous l’égide du garant, M. Philippe QUEVREMONT.
Article 3

La présente décision sera publiée au Journal officiel de la République française.

Pour la commission :

Le président,

C. Leyrit

Dossier de saisine de la CNDP :

 

Haut de page